Accueil > INFOS POLLUANTS > Polluants physiques > Champs électromagnétiques > Champs électromagnétiques d’extrêmement basse fréquence et santé, (...)

Champs électromagnétiques d’extrêmement basse fréquence et santé, brochures



Publication d’une brochure sur les effets des champs électromagnétiques d’extrêmement basse fréquence par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé français.

Cette brochure grand public fait le point sur l’impact des ondes basse tension sur la santé. Elle appréhende les sources de champs électromagnétiques : les réseaux électriques et les appareils électroménagers, au voisinage immédiat d’une ligne à haute tension, aérienne ou souterraine, à proximité de transformateurs et à l’intérieur des habitations.

Outre la synthèse scientifique et de gestion du risque de la question, cette brochure offre de nombreux liens et références pour bien comprendre et cerner les enjeux économiques et politiques de la question.

La brochure présente en page 13 une synthèse de recherches récentes (2013) concernant les relations statistiques entre l’exposition aux rayonnements électromagnétiques liés à des lignes à très haute tension et la leucémie infantile. Selon les résultats, cette corrélation se marque "principalement pour des jeunes enfants jusque 5 ans, mais n’est plus perceptible au-delà de 50 mètres ou pour des lignes à plus faibles voltages (jusque 150.000 Volts). Il n’y a pas de corrélation non plus dans les zones urbaines de plus de 100.000 habitants". Considérant le pourcentage de cette tranche de population vivant à moins de 50 mètres de lignes à très haute tension, le risque statistique reste très faible.

A ce propos, la[brochure publiée par Elia [1] présente un bon résumé de la dynamique de la recherche sur la question de l’exposition aux champs électromagnétiques basse fréquence et la santé. Maintenant, il n’y est peu ou pas question du principe de précaution, ce qui est dommage en raison des incertitudes persistantes. Pour s’en expliquer, il est repris dans la brochure en page 22 : "L’incertitude relative aux effets éventuels sur la santé et notamment à la possibilité d’un risque accru de cancer, ne résulte pas d’un nombre trop restreint d’études ou du manque de valeur scientifique des études existantes. L’incertitude résulte de la faiblesse du lien statistique que montrent les études épidémiologiques et de l’absence de confirmation de ce lien par des études biologiques".
Cela correspond aux recommandations de l’OMS qui suggère certaines mesures de précaution comme la prise en compte de la sensibilité du public lors de l’installation de nouvelles lignes électriques et le fait que les citoyens soient informés et consultés.
L’OMS déconseille néanmoins, au nom du principe de précaution, que les limites recommandées par les organismes internationaux soient réduites arbitrairement.

En vertu de ce principe de précaution, certains organismes indépendants comme l’Institut de Baubiologie (Allemagne) préconisent de respecter une distance de sécurité entre les installations de distribution de courant et les habitations : distance de 1 m d’éloignement par tranche de 1000 Volts. Par exemple, compter une distance d’éloignement de 70 m pour une ligne à 70.000 Volts.

Bonne lecture




[1] Elia est le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en Belgique

rue de Montigny 29 - B 6000 CHARLEROI (Belgium) - + 32 (0)71 300 300 - sante@espace-environnement.be

logo Espace Environnement et Wallonie