Accueil > INFOS POLLUANTS > Polluants chimiques > Biocides > Les biocides et la santé

Les biocides et la santé



Les biocides utilisés à la maison se dégradent beaucoup moins vite que dans l’environnement extérieur. Ils imprègnent les sols, les tapis, le mobilier, les tentures. Ils proviennent d’une utilisation directe (formicide, produits contre les moustiques, ) ou se dégagent de matériaux introduits dans notre habitat (ex. : meubles traités, bois, cuir, tapis) ou encore nous sont apportés par l’air extérieur (ex. : proximité de champs pulvérisés). L’utilisation domestique de biocides est très largement répandue et ses dangers largement méconnus.

Effets sur la santé :

Il est difficile, et ce pour plusieurs raisons, de cerner les effets des biocides sur la santé. La première concerne le nombre de produits à considérer. En effet, il ne s’agit pas d’un produit unique mais d’un ensemble constitué de plus de 500 substances (peut être même 1000 si l’on considère les 30 dernières années). Le terme générique "biocides" regroupe ainsi un grand nombre de substances actives catalogués par la Directive européenne en 4 groupes de produits reprenant 23 types de produits en fonction de leurs usages variés et de leurs familles chimiques, des produits biocides destinés à l’hygiène humaine (TP 1) à ceux utilisés contre les vertébrés (TP 23)

Ils sont utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants jugés indésirables [1]. Il faut également considérer que les "formulants", c’est à dire les produits que l’on ajoute à la substance active pour en améliorer l’efficacité, peuvent également être à l’origine d’effets sur la santé.
L’interaction de plusieurs composés entre eux est-elle encore mal documentée, et l’on ne sait pas quels peuvent être les effets de tels « cocktails  ».

Une autre difficulté dans la recherche des liens entre l’exposition aux pesticides en général et l’apparition d’un problème de santé est liée au caractère multifactoriel (plusieurs causes possibles) des pathologies évoquées comme les cancers.

Il est nécessaire aussi d’envisager la multiplicité des voies d’exposition (alimentaire, dermique, aérienne...) et les faibles niveaux de contamination observés qui rendent difficile la quantification de l’exposition de la population. La difficulté est encore accrue par le délai enregistré depuis l’exposition passée en raison des effets retardés des pesticides. Toutes les analyses bibliographiques conduisent au constat que l’évaluation des expositions est aujourd’hui une source d’erreur ou de confusion dans la majorité des études portant sur les effets des pesticides sur la santé.

Et ce n’est pas tout !
Les pesticides et biocides existent sous leur forme initiale (substances actives) mais ils peuvent aussi exister sous une forme partiellement dégradée.

Si les pesticides ont constitué un énorme progrès dans la maîtrise des ressources alimentaires et l’amélioration de la santé publique (en particulier dans la lutte contre les insectes vecteurs de maladies), le revers de la médaille est apparu rapidement : des phénomènes de résistance chez les insectes, puis des troubles de la reproduction chez les oiseaux, ont montré les limites et les dangers de ces substances pour l’environnement et pour les écosystèmes.

Voir aussi :
Toxicité des biocides
Exposition aux biocides
Pesticides et biocides
Biocides, que faire au quotidien ?




[1]Ce sont : les herbicides ou désherbants (pour lutter contre les mauvaises herbes) ; les fongicides (pour lutter contre les champignons et moisissures) ; les insecticides ou produits anti-parasitaires (pour lutter contre les insectes)

rue de Montigny 29 - B 6000 CHARLEROI (Belgium) - + 32 (0)71 300 300 - sante@espace-environnement.be

logo Espace Environnement et Wallonie