Accueil > INFOS POLLUANTS > Polluants chimiques > Biocides > Biocides, que faire au quotidien ?

Biocides, que faire au quotidien ?



Il existe des laboratoires de mesure de concentration de pesticides. Ces analyses sont coûteuses pour le particulier.

L’analyse des poussières est un bon indicateur de présence de pesticides dans la maison. Il faut d’aspirer la maison avec un sac neuf après une semaine d’absence de nettoyage et d’analyser la composition des poussières. La présence de pentachlorophénol évoque une contamination probable du bois ou du cuir alors que la présence de perméthrine évoque plutôt une contamination du tapis. Afin de vérifier ces hypothèses et de déterminer avec précision la source de pollution, il est utile d’analyser aussi des échantillons de matériaux (bois, cuir, tapis, textiles,). [1].

Quelques conseils de remédiation :

  • Les déchets de bois traité sont considérés comme petits déchets toxiques et dangereux et doivent être déposés au parc à containers.
  • Un plancher traité peut soit être enlevé, soit raboté sur 2 ou 3 mm de profondeur (en minimisant les poussières au maximum). Mais même lorsque la source est ôtée, il faut être vigilant, nettoyer les sols avec une serpillière mouillée, ne pas utiliser l’aspirateur (à moins qu’il ne soit équipé d’un filtre dit « absolu » retenant les particules ultra fines). On peut trouver des résidus de pesticides, même 6 mois après la suppression de la source [2].
  • Éviter l’emploi de pesticides et utiliser des méthodes alternatives car elles existent et sont efficaces.
  • Accepter un certain degré de cohabitation avec les insectes.
  • Relativiser les dangers des xylophages tant redoutés. Le bois dans la maison ne doit pas nécessairement être traité. S’il est attaqué, c’est sûrement suite à de mauvaises conditions de l’habitat (ventilation, humidité, etc.). Il faut donc commencer par assurer un environnement convenable pour le bois. Il convient également de connaître le bon moment pour couper le bois ainsi que ses propriétés intrinsèques (ex le chêne a une résistance naturelle contre les champignons et insectes grâce à sa haute teneur en tanins ; certains résineux ont aussi une résistance).
  • Choisir des produits de traitement du bois non toxiques comme par exemple le produit Wood-Bliss commercialié par Galtane.
  • Se méfier des literies pré-traitées ainsi que de l’utilisation d’acaricides.

Quelques documents complémentaires

  • Notre fiche Santé-Habitat : « Je peux éviter d’utiliser des pesticides à la maison !, Espace Environnement, Charleroi, 2003, 4 p., (série La Santé et l’Habitat, n°2). »
  • L’asbl Adalia a pour objectifs d’informer et de sensibiliser de façon durable les enfants afin qu’ils deviennent, demain, des adultes respectueux de l’environnement, mais aussi de toucher les adultes afin de les inciter à diminuer l’utilisation des pesticides à la maison et au jardin. Dans ce cadre, elle développe un programme d’informations sur les méthodes de lutte alternatives aux pesticides.
  • "Des cours, des terrasses, des trottoirs et des allées ... sans herbicides".
    PDF - 256.4 ko

Voir aussi :
Toxicité des biocides
Exposition aux biocides
Pesticides et biocides
Les biocides et la santé




rue de Montigny 29 - B 6000 CHARLEROI (Belgium) - + 32 (0)71 300 300 - sante@espace-environnement.be

logo Espace Environnement et Wallonie