Accueil > AGIR AU QUOTIDIEN > Moules en silicone et ma santé

Moules en silicone et ma santé



Quels sont les risques potentiels pour la santé liés à l’utilisation des moules alimentaires en silicone, quand on sait que ces moules sont en contact direct avec la nourriture et peuvent être chauffés à des températures supérieures à 200°C ?

Notre réponse :

De la recherche sur Internet, il résulte ceci.

Toute rencontre d’un récipient de type alimentaire avec un aliment provoque la migration de particules du récipient en question vers l’aliment. Cette migration dépend de la nature du récipient, de la nature de l’aliment et des conditions de cette mise en relation (température, durée …).
Source : Santé-Canada

Sur ce même site, vous pourrez lire :
« Les ustensiles de cuisine fabriqués en silicone dit de qualité alimentaire ont acquis de la popularité au cours des dernières années parce qu’ils sont présentés dans des couleurs vives, qu’ils ont une surface antiadhésive, anti-tache et résistante à l’usure et qu’ils se refroidissent rapidement et tolèrent bien les extrêmes thermiques. Leur utilisation n’est associée à aucun danger connu pour la santé.
Le caoutchouc de silicone ne réagit pas aux aliments ou aux liquides et ne produit aucune vapeur nocive. »

Cependant, on distingue deux qualités de silicone. Ceci n’est pas à mettre en relation avec le prix des produits qui n’est le résultat que d’une stratégie commerciale. Le silicone alimentaire est un mélange de polymères de silicone avec un catalyseur (du platine ou du peroxyde). Si le silicone au platine reste inerte jusqu’à 250-300°, le silicone « peroxydé » (moins cher) laisse migrer des particules vers les aliments dès 160° . Ce dernier est d’ailleurs interdit en Allemagne. Elle semble prohibée en France, mais aucun étiquetage ne le distingue… Un truc cependant, il semble que si en pinçant le moule, on fait apparaître une marque blanche, c’est du peroxyde…
Source : Eco Bio Info

Dans une étude sur l’ « Aptitude au contact alimentaire des matériaux et objets en élastomères de silicone », la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (France) a noté qu’il y avait une importante disparité de la qualité des produits concernant la migration de substances. [1]
Il en ressort plus précisément que pour les moules dont les conditions d’utilisation précisent l’aptitude pour des températures allant jusqu’à 260°C ou 280°C sont en majorité conformes, alors que ceux résistant jusqu’à 230°C ou 240°C seulement sont non conformes dans la plupart des cas.
Source : DGCCRF

Sur le site de La 1ère de la Radio Suisse Romande, vous pourrez écouter une émission où un chimiste de l’Office fédéral de la Santé publique mentionne qu’il est malgré tout préférable de ne pas chauffer les moules à des températures supérieures à 200°C. En effet, à ce seuil, le silicone semble se dégrader plus vite et favoriser la migration de substances chimiques vers l’aliment.
Néanmoins, il précise qu’il n’y a pas de limite supérieure de température dans les recommandations d’étiquetage formulées au fabricant, référence sera maintenue aux consignes d’utilisation renseignées sur le produit.
La 1ère de la Radio Suisse Romande

Il était aussi fait mention du chauffage avant première utilisation normalement réalisée par la fabricant pour éliminer les résidus. Un nettoyage reste néanmoins impératif avant toute première utilisation. En savoir plus : La 1ère de la Radio Suisse Romande

Notre conseil : Il reste quand même une incertitude sur la nature des substances chimiques qui migrent (type de molécules, nocivité…). En application du principe de précaution, dans la mesure du possible, je pense qu’il est préférable d’utiliser des moules en métal (sans téflon), des moules en verre résistant à haute température ou en porcelaine. Néanmoins, si vous utilisez des moules en silicone, je vous invite à choisir des moules résistant à haute température (260-280°C) et à ne pas dépasser une température de 200°C (Thermostat 6/7) [2]




[1]En effet, les matériaux et objets au contact des denrées alimentaires se doivent d’être inertes vis-à-vis de ces denrées (c’est-à-dire en particulier qu’ils ne doivent pas céder à ces denrées, dans les conditions normales ou prévisibles de leur emploi, des constituants dans une quantité susceptible de présenter un danger pour la santé, ou d’entraîner une modification inacceptable de la composition des denrées, ou de leurs caractéristiques organoleptiques).
Les résultats sont médiocres : 44 échantillons ont été déclarés "non conformes" ou "à suivre" par ce laboratoire, tous sur le seul critère du dépassement de la limite en matières organiques volatiles libres (dont le seuil en France est fixé à 0,5% par l’arrêté du 25 novembre 1992).

[2]Pour info :
Thermostat 1 30°C
Thermostat 2 60°C
Thermostat 3 90°C
Thermostat 4 120°C
Thermostat 5 150°C
Thermostat 6 180°C
Thermostat 7 210°C
Thermostat 8 240°C
Thermostat 9 270°C

rue de Montigny 29 - B 6000 CHARLEROI (Belgium) - + 32 (0)71 300 300 - sante@espace-environnement.be

logo Espace Environnement et Wallonie